Association Nationale des  Inspecteurs de la Création, de la Diffusion et des Enseignements  Artistiques - ANICEA - 3 rue de Valois, 75001 PARIS

Contact : anicea.mcc@gmail.com

Conception et réalisation : Sylvie Sierra Markiewicz  - Responsable d’édition et suivi : ANICEA

Hébergeur du dite : WIX.COM

Il est formellement interdit à quiconque d'utiliser les coordonnées publiées dans le cadre de l'obligation de mentions légales à des fins d'envois publicitaires et d'informations non expressément demandés. It is expressly banned any third party from using contact details published as part of legal obligations for sending promotional material or information that not here specifically requested.

Irène Ajer

Biographie 

Discours de Frédéric Mitterrand,

ministre de la Culture et de la Communication,

prononcé à l'occasion de la remise des insignes

d'Officier dans l’ordre du Mérite à Irène Ajer

« Chère Irène Ajer,
Vous êtes une « grande dame » de cette Maison... Votre personnalité

est bien connue des professionnels du théâtre, reconnue pour votre sens

du service public. Vous n’avez cessé d’oeuvrer en faveur de l'art dramatique
en France et dans le monde, participant au rayonnement de l’action du
ministère de la Culture et à l'histoire du théâtre en France.
Après de brillantes études à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, vous
complétez votre parcours déjà riche par une formation théâtrale dans les
établissements français les plus prestigieux : à l'Université Internationale
du Théâtre des Nations, au Cours Simon et Jean Vilar ainsi qu’à
l'expression corporelle Maximilien Decroux.
A 25 ans, toute jeune diplômée, vous franchissez le porche de la rue Saint
Dominique, alors que le ministère de la Culture n’a que 6 ans : vous y
passerez 43 ans de votre vie. Du petit ministère créé par Malraux au
Ministère riche de ses missions et de ses engagements des dernières
décennies, vous allez rencontrer tous les grands « fondateurs » : Gaétan
Picon, Pierre Lemoine, Pierre-Aimé Touchard, Blaise Gautier, François
Wehrlin, Emile Biasini, Guy Brajot, un peu plus tard Michel Guy… à qui
nous venons de rendre hommage hier. En cette période de tous les
possibles, en ces temps « pionniers » de l’action culturelle, vous vous
passionnez pour votre nouveau métier et, en tant que chef du Bureau des
jeunes compagnies et de la création dramatique, vous y verrez grandir,
avec bonheur, Jean-Pierre Vincent, Patrice Chéreau, Ariane Mnouchkine,
Jacques Lassalle, Bernard Sobel et toutes celles et ceux qui, de
génération en génération, forment ce que vous appelez « l’école française
du théâtre ».
Vos débuts sont ainsi marqués par ces moments qui ont fondé l'action et
l'ambition du Ministère. Ayant eu la chance d’être formée auprès de grands
aînés, vous avez toujours été habitée par cette volonté de questionner, de
découvrir, d’agir, vous nourrissant de dialogue si particulier entre le
« théâtre et le Prince » décrit par Robert Abirached.
Et votre parcours s’enrichit peu à peu des nombreuses fonctions que vous
occupez, avec toujours cette même énergie, cette même passion, ce
même dévouement pour l’action publique au service de la culture. Chargée
de mission auprès d’Emile Biasini pour l’aménagement de la côte
Aquitaine, Commissaire général du Festival « Octobre à Bordeaux »,
chargée de mission auprès de Philippe Tiry à l’ONDA (Office national de
diffusion artistique) qui venait de naître, vous devenez directrice de la
Maison de la culture d’Orléans. Vous découvrez alors, avec un plaisir
renouvelé, les principes de l’aménagement culturel du territoire, l’art de la
négociation, le goût du dialogue avec les architectes et les élus.
En 1985, vous rejoignez Pierre Boulez comme administrateur général de
l’Ircam : cette rencontre sera pour vous décisive et façonnera
définitivement votre âme de bâtisseur. Vous avez porté, avec la force et
l’enthousiasme qui vous caractérisent, la restructuration de l’Ircam. C’est
vous, également, qui avez assuré la préfiguration de la Cité de la musique
et du musée de la musique. En chef de projet accomplie, vous avez réussi,
avec une aisance et un savoir-faire qui vous font honneur, la mise en place
du Centre National du costume de scène et de la scénographie à Moulins,
l’un des grands projets prévus par le Président François Mitterrand en
région.
Avec une détermination étonnante, vous menez à bien les projets les plus
périlleux, vous relevez avec succès les défis les plus exigeants. Chef du
service de l’inspection de la DMDTS, lucide sur les exigences imposées
par la modernisation de l’Etat, vous réussissez brillamment, en un an, à
réformer l’inspection pour en faire un outil adapté, rénové et répondant au
mieux aux besoins de l’administration et des partenaires concernés. Vous
êtes ainsi devenue une figure incontournable de l’expertise et du savoirfaire
de l’administration de la Culture de notre pays, de cet « Etat culturel »
parfois décrié, mais souvent admiré en Europe et dans le monde.
En 2008, vous êtes élue Présidente des Molières. Consciente de toutes les
critiques réservées à la Nuit des Molières, et faisant preuve d’une grande
diplomatie, vous décidez de lever le rideau avec une représentation unique
dédiée au public des Molières. Sous votre présidence, vous organisez pour
la première fois la Nuit des Molières à la Maison des arts et de la culture
de Créteil, symbole de l'ouverture à d’autres formes d’expression. Au cours
de votre mandat, vous transformez les procédures de sélection en faveur
du théâtre public, en resserrant le maillage de correspondants en région,
afin de faire émerger de nouveaux talents.
En tant que Présidente de la COPAT (Coopérative de production
audiovisuelle et théâtrale), dont l’ambition est de rendre le « meilleur du
théâtre » accessible au plus grand nombre, vous allez chercher ce public
qui, pour des raisons diverses, ne va pas au théâtre, souffrant de cette
intimidation qui m’a conduit à engager une réflexion au cours des derniers
mois sur les outils et les procédures de notre politique en matière de
démocratisation culturelle. A cet égard, l’offre de visionnage des pièces en
vidéo à la demande sur la Freebox, la création d’un « Théâtre-club »
COPAT pour organiser des projections de films sur grand écran dans des
lieux ne disposant pas de salle de spectacles, la mise en place d’une
chaîne de télévision dédiée au théâtre font partie de vos initiatives
ambitieuses.
Passionnée, vous n’avez cessé de soutenir le théâtre et d’aider les
artistes, vous avez toujours été l’ambassadrice d’un dialogue fécond entre
les différents acteurs du monde de la culture. Vous êtes, très chère Irène
Ajer, une personnalité généreuse, une femme de coeur, une « figure »
-certains disent même une « icône »- de ce ministère.
Chère Irène Ajer, au nom du Président de la République, nous vous
faisons Officier dans l’ordre National du Mérite ».